Victoire, assistante de service social en psychiatrie

Après un bac littéraire, je décide sans grande conviction de m’inscrire en fac de droit. Et c’est pendant un cours axé sur les grandes problématiques politiques et sociales, orchestré par un professeur captivant, que je prends conscience de la réalité de la misère sociale de certaines populations.

Suite à ce cours, je m’intéresse de plus près aux métiers du social, je m’informe, je lis des ouvrages, et je rencontre une assistante de service social passionnée par son métier, qui me raconte son parcours. C’est décidé : c’est ce métier que j’ai envie d’exercer !

Je décide de mettre toutes les chances de mon côté, et de m’inscrire à une prépa pour réussir les concours d’entrée. Une amie qui était passée par Sup Santé/Social m’a vivement conseillé cette prépa, j’ai donc choisi de suivre ses recommandations… Bien m’en a pris !

J’ai découvert que Sup Santé/Social correspondait à ma personnalité et à ce dont j’avais besoin pour réussir mes concours. Des professeurs reconnus et compétents, maitrisant leur sujet. Des classes à petits effectifs qui permettaient un suivi individualisé et favorisaient un esprit de groupe et d’entraide mutuelle. Une découverte des autres métiers sociaux afin de confirmer mon orientation professionnelle, avec si besoin une possibilité de tenter plusieurs concours. La rencontre de professionnels, et des stages obligatoires. Autant d’éléments permettant de former une jeune fille sortant presque du bac, sans expérience et n’ayant pas confiance en elle. Le passage d’oraux blancs dans les conditions du concours avec un psychologue m’ont permis de travailler sur ma personnalité, mon rapport aux autres, et le métier que j’envisageais d’exercer.

Cette prépa m’a permis de confirmer que je voulais être assistante de service social : aider, orienter, accompagner, et conseiller les personnes en grande précarité physique, psychique et matérielle, pour un retour progressif à l’autonomie.

J’ai réussi 7 concours sur les 9 tentés. J’ai eu le choix d’aller où je voulais. J’ai choisi Lyon. J’ai intégré l’école et effectué mes trois années de formation. J’ai été diplômée en juillet 2012. En novembre de la même année, j’ai trouvé un poste d’assistante de service social dans un service de psychiatrie adulte dans un hôpital d’Ile de France.

En moyenne, après avoir été diplômés, mes collègues de promotion ont mis 3 à 6 mois pour trouver un poste.

Pour exercer ce métier vous devez être quelqu’un d’autonome, de patient, d’empathique. C’est un dur métier où vous serez confrontés à la misère humaine, à la souffrance et à la maladie. Vous ne devez pas partir dans une optique de « sauver le monde ». Vous serez confronté à des limites car vous devrez faire avec l’institution et les moyens mis à disposition. Mais quand vous parviendrez à mener jusqu’au bout un accompagnement, vous ressentirez une grande satisfaction.

Le métier d’assistante de service social est un métier passionnant dans lequel je me suis trouvée et dans lequel je suis épanouie.

Un article de Sup Santé / Social