Marianne reçue en orthophonie à Paris revient sur son année de prépa

Photo Marianne Ortho1J’ai choisi Sup santé pour ma deuxième année de prépa car j’avais entendu parler de Madame Dumas et effectivement elle fit honneur à sa réputation en se révélant une source de savoir intarissable et une professeure à l’écoute de ses élèves, prête à leur réexpliquer quoi que ce soit autant de fois qu’il le faut avec la patience et la gentillesse d’une mère.

Je suis donc arrivée à Sup santé agréablement surprise de l’état des locaux. Les murs roses qui de prime abord m’ont brûlé les yeux se sont révélés être finalement une touche de peps très agréable. Les salles laissées à la disposition des étudiants m’ont permis de rester travailler le soir dans une ambiance sérieuse. Il y avait une très bonne ambiance dans notre promotion et aucune rivalité, ce qui a réellement été un plus.

Le rythme de travail est très soutenu pendant l’année de prépa, je venais et repartais à la même heure tous les jours (8h30-19h30) peu importe la quantité de cours, je retravaillais ensuite 1h chez moi après le dîner. Le week-end je travaillais le samedi et un peu le dimanche. Ça peut sembler une dose de travail importante mais quand on prend le rythme, ce n’est pas si horrible. Il faut avoir une bonne hygiène de vie si l’on veut que notre travail soit efficace : j’ai donc essayé de me coucher au plus tard à 23h et de garder une activité physique régulière.

Les DST tous les samedis matin permettaient de garder le rythme. J’ai passé 12 concours et ai été admissible à 3 oraux. Les coachings personnalisés furent d’une grande aide pour appréhender le véritable oral. J’ai finalement réussi mon concours de Paris et ai été classée 6ème sur liste principale.

Je suis sortie de l’oral peu confiante, me disant que ça s’était bien passé avec les jurés mais que je n’avais pas un très bon niveau en orthographe et que ça allait me pénaliser. J’étais donc assez inquiète et lorsque j’ai vu mon résultat, je n’y ai pas cru.

Je m’étais entraînée intensivement (7h par jour) pour l’oral de Paris qui est très technique mais grâce aux documents  fournis par les professeurs, le coaching et mon travail, il est évident que ça a payé.

Mon conseil : vivre sainement pendant cette période, et garder le  sourire pendant l’oral.

Marianne

Un article de Sup Santé / Social